L’intolérance au lactose

Vous avez des difficultés digestives (ballonnements, troubles du transit, crampes abdominales…) : il est possible que vous soyez intolérant au lactose.

L’intolérance au lactose (principal sucre du lait) est un problème de digestion dû à un déficit d’une enzyme, la lactase. Habituellement, cette enzyme est synthétisée par l’intestin, mais pour des raisons de changement de régime alimentaire ou génétiques, certaines personnes en voient leur production diminuer à partir de l’enfance.

Absent, ou insuffisant, la lactase ne peut décomposer le lactose provenant de l’alimentation en deux autres sucres (glucose et galactose), il n’y a pas absorption par l’intestin ; au contraire, le lactose arrivent dans le gros intestin ou il est fermenté par les bactéries.

Ce processus provoque la production de gaz et un appel d’eau dans le gros intestin, ce qui entraîne une accélération du transit intestinal avec diarrhées, gaz et douleurs.

Ces conséquences sont gênantes et douloureuses mais ne peuvent entraîner de complications contrairement à l’allergie aux protéines de lait.

L’importance des symptômes varie d’un individu à l’autre. Elle est fonction :
  • Du patrimoine génétique de chaque individu et de sa synthèse en lactase.
  • de la quantité de lactose absorbée

Les symptômes apparaissent le plus souvent entre 30 minutes et 2 heures après l’ingestion de la nourriture contenant le lactose. Ils sont de deux types :

  • des symptômes intestinaux tels que gaz, sensation de ballonnement, crampes abdominales, diarrhée, nausées, vomissements ;
  • des symptômes généraux comme des maux de tête, une fatigue, des douleurs musculaires et articulaires, etc.
Intolérance au lactose : que faire et quand consulter ?

En cas de suspicion d’intolérance au lactose, le meilleur réflexe et le plus simple est d’écarter temporairement le lactose de l’alimentation, tout en veillant à conserver des apports en calcium. Votre médecin pourra compléter le diagnostic par des tests simples si nécessaire, et vous conseiller afin de vous aider à assurer un apport en calcium suffisant.

L’intolérance au lactose qui se développe avec l’âge touche une grande partie de la population adulte, à divers degrés. En Europe et en Amérique du nord, on estime à 10% la part de la population touchée. Ce taux augmente rapidement en Europe de l’est pour atteindre 30% puis 70% en Asie ou en Afrique

L’intolérance au lactose peut aussi être acquise ou secondaire à une affection de l’intestin grêle (maladie cœliaque, gastro-entérites ou maladie de Crohn).

Elle peut durer parfois plusieurs semaines, le temps que la muqueuse intestinale guérisse.

En France, 30 à 50 % des adultes ont une digestion incomplète du lactose.

Que faire en cas de doute sur une intolérance au lactose ?

Le plus souvent, la personne concernée soupçonne d’elle-même qu’elle digère mal le lait. Elle peut tenter d’éviter les aliments sources de lactose pendant deux semaines :

  • Lait et produits laitiers ;
  • Toutes denrées alimentaires à base de lait ou de produits laitiers contenant du lactose ;
  • Potages contenant du lait ou de la crème ;
  • Viandes et produits de la pêche panés ou servis en crème ;
  • Charcuteries et autres produits transformés avec additifs contenant du lactose ;
  • Omelette et soufflé contenant du lait ;
  • Boissons lactées, crème glacée, déjeuner lacté instantané ;
  • Pain fait avec du lait ( brioches, pains au lait…), crêpes, gaufres ;
  • Confiseries contenant du lait ou de la matière sèche du lait (ex : caramel, chocolat au lait..)
  • Céréales pour le petit déjeuner issues de l’industrie agroalimentaire
  • Pommes de terres préparées (pommes noisette, dauphine…), soupes instantanées
  • Margarine
  • Plats préparés (Lasagnes…)
  • Assaisonnements pour salade
  • Préparations pour gâteaux, biscuits et cookies
  • Substituts de repas en poudre….

En conclusion, le lactose est partout dans notre alimentation moderne et l’élimination du lait et de tout produit laitier ne résoudra pas le problème et n’est pas souhaitable car elle entraînera des carences en calcium

La consommation de produits sans lactose ou la supplémentation en Lactase sont les solutions dont on dispose à ce jour.